L’île de Izu Oshima : un petit paradis au large de Tokyo

Aujourd’hui je vous raconte un des plus beaux voyages que j’ai fait au Japon (entre mes 7 voyages et 13 mois de vie au Japon j’en ai fait pourtant) : l’île de Izu Oshima, entre la nuit à la belle étoile sur un bateau, un volcan et des paysages magnifiques, c’est un petit petit voyage pas très loin de Tokyo que je recommande.

L’île se trouve à 120 km au sud de Tokyo, proche de la péninsule de Izu. On y accéde en 2h en jet depuis le port de shinagawa, et 6h en ferry. (Environ 10 000Y l’aller retour, 70€)

Elle fait 91 km de superficie. Il s’agit d’une île volcanique : le volcan Mihara se trouve au centre, bordé par des villages et des plages. On y trouve également deux ports, des onsen, musées et zoo.

J’ai pris le bateau à 23h depuis Tokyo. Le ferry est beaucoup moins cher que le jet, mais pas de confort : les places les moins chères sont libres, pas de chaises ni de lit, mais c’est ce qui fait le charme du voyage! On s’est assis par terre, sur le pont du bateau. Les gens étaient tous assis en groupes avec de l’alcool et plein de choses à manger, il y avait des ambiances de fête un peu partout. Il est possible de manger sur le bateau mais c’est un peu cher, le mieux c’est d’emmener plein  de choses à grignoter. Pour les gens organisés c’est bien de prendre un gilet parce qu’il fait froid sur le bateau, et un petit truc pour ne pas dormir à même le sol.
On a dormi une petite heure dehors, je suis rentrée dormir dans un couloir parce qu’il faisait trop froid, puis je suis retournée dehors pour regarder le soleil qui se lève.

Le bateau arrive à l’île à 5h du matin, ça fait une grande journée avec le temps de faire pas mal de choses. On est parti directement à pied jusqu’au port de motomachi à une dizaine de km, parce qu’on avait pas vraiment de plan directement, pas encore de bus ni de boutiques ouvertes, et on avait largement le temps de se promener.
A part les petites maisons en tôle et les fils électriques qui brouillent le paysage, on n’a pas l’impression d’être au Japon.

Arrivé à motomomachi, une petite ville qui borde un port, on a pris un taxi direction le mont Mihara. On prévoyait à la base de s’y rendre à pied, mais ça aurait pris trop de temps. L’île est assez mal desservie par les bus, il n’y en a qu’un par heure et ils sont assez cher. Au final ça fait prendre beaucoup de temps parce qu’ils ne correspondent pas vraiment entre eux, pour bouger dans l’île c’est pas vraiment pratique. Prendre le taxi quand on est plusieurs est beaucoup plus rapide et moins cher.

Le taxi nous a déposé là où commence l’ascension du cratère. Il y’a plusieurs chemins pour y arriver, on a choisi le plus rapide pour avoir le temps de profiter de la plage avant de partir. L’ascension dure environ 1h, les paysages sont magnifiques et on n’a tellement pas l’impression d’être au Japon, à seulement une centaine de kilomètres de Tokyo.

La dernière éruption du mont Mihara date de 1990, on en voit encore les traces et les chemins créés par la lave.

Une fois arrivé en haut on peut faire le tour du cratère. La vue est magnifique et on peut même voir un petit désert de sable noir.

Après avoir retrouvé notre taxi en bas, il nous a emmené au sud de l’île à Tôshiki, on y trouve une plage et un endroit où faire du snorkeling (plongée masque tuba ? Je sais plus s’il existe un mot pour ça en français haha)
On a choisi de passer tout notre temps restant à l’endroit où on pouvait plonger, il n’y avait pas de plage à cet endroit, ça change de paysage.
Il n’y avait quasiment personne, quelques rochers de lave et une eau bleue transparente magnifique. L’eau était assez froide mais il faisait super chaud, on a vu plein de petits poissons et de crabes dans les rochers.

On a repris le taxi jusqu’au port de motomachi en milieu d’après midi où on a pris un jet jusqu’à atami dans la péninsule de Izu.
Une journée est suffisante pour visiter l’île si on est efficace, c’était une journée bien chargée mais sans hésiter le plus bel endroit que j’ai vu au Japon, même si on s’éloigne complètement des paysages japonais.

(Un conseil: ne grimpez pas un volcan en tongues et mettez de la crème solaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *