Faire du mannequinat au Japon

963CC822-C2A7-48A4-B2DE-7EF8FA1683E8

Ça fait très longtemps qu’on me le demande, donc je me suis enfin décidée à  en faire un article : aujourd’hui on parle un peu du mannequinat au Japon et de mon expérience dans le milieu. Je tiens d’abord à préciser que je ne suis pas du tout professionnelle, mais j’ai fait beaucoup de petits shootings différents et connais pas mal de choses, donc cet article ne sera en rien représentatif de ce milieu, ce sera simplement ce que j’en sais par rapport à mon expérience.

On va d’abord parler de comment j’en suis venue à faire du mannequinat, de mon expérience puis de la façon dont se passe le mannequinat dans une agence.

Cette article est une collaboration avec ACEDIK qui parle de son expérience dans sa vidéo !

Le mannequinat est principalement un hobby pour moi. Je ne prends absolument pas ça sérieusemen, c’est un passe temps qui me permet de rencontrer des gens, découvrir de nouveaux endroits et être au contact de la mode qui est un monde qui me plait.

DSC09963

Comment j’ai commencé :

Quand j’étais à paris pour mes études j’avais fait quelques petites sessions de photos en collaboration avec des amateurs et pour une école de maquillage. J’avais donc quelques photos sympas, et une fois arrivée au Japon j’ai vite eu des demandes pour ce genre de petits shooting via Instagram, ou encore par des connaissances. Au début il m’est aussi arrivé quelques fois que des étudiants d’écoles de maquillage m’arrêtent dans la rue pour me proposer des shootings, c’est assez courant. Et plus je postais mes photos sur internet plus on venait me contacter. Instagram est une plateforme très utile, beaucoup de gens me contactent parce qu’ils aiment mon style et me proposent des collaborations qui prennent la forme de petits shootings en général non payé (on appelle ça aussi des TPF, Time for prints, où le model n’est pas payé mais reçoit ses photos en échange de son temps). C’est très utile pour se construire un portfolio pour debuter, et aussi pour se faire des contacts et simplement pour se faire de l’expérience et passer un bon moment. Je fais encore beaucoup de ce genre de shooting, c’est ce que je préfère. C’est amusant, pas stressant, on rencontre des gens et on se promène dans des endroits sympas pour faire de jolies photos.

8CCBF809-25DC-4A70-A333-B6715C8D53F3

1526175764538

3DB46951-EB57-466A-A483-8430DE98C8FB

Instagram et les contacts que je me suis fait me permettent de faire également d’autres types de shootings : je travaille régulièrement pour l’école de mode / maquillage Vantan. Les élèves ont très souvent besoin de modèles pour des shootings où défilés pour leurs cours. J’aime beaucoup passer du temps la bas, j’adore cette ambiance ultra créative, et comme on est toujours un peu les mêmes modèles a être demandées on se connaît et on s’amuse bien.

6DC5D99D-7C03-460B-B645-2BF69FB0A737A4D170E7-E3DE-4573-9126-7A68CF208A4898DE0BCC-B581-472D-9A5B-910CDDDCDD37EFDF81C8-E6CC-4124-B708-0D775801089CDC76D8EC-C660-4685-A488-DEE67A0F69E1

J’ai aussi posé pour quelques petites marques comme Foreshadow ou Tenderperson, pour la styliste Plaitwoman, j’ai été figurante dans le clip d’une ex membre du groupe de Kpop Kara, etc . Ce sont toutes des expériences super intéressantes ou je me suis beaucoup amusée, et elles sont toutes venues via Instagram et les connaissances que je me suis faite.

9ACB2D20-76D5-4F8E-83B1-BCAC11B7E2A6

502E2973-85EC-4115-A7D2-39E9F9F7F291

japon, tokyo, mannequinat, shibuya, expat, neon, styliste, model

Toutes mes photos sont sur mon book ici

Comment se passe le mannequinat en agence :

Je suis inscrite dans plusieurs agences de modèle free-lance, mais aucune ne me donne du travail. N’importe qui peut avoir accès à une agence, il suffit simplement de passer dans leurs bureaux et s’inscrire, il existe beaucoup d’agences spécialisée dans les modèles étrangers, Mais ça ne garanti pas d’avoir des jobs ! Evidement quelqu’un comme moi qui n’as pas vraiment profil de model n’en aura pas forcément.

Les critères sont plus libres qu’en Europe de manière générale mais ça reste quand même le cliché la grande étrangère blonde qui marche le mieux! Les tattoos même non visibles peuvent être éliminatoires directement pour des jobs professionnels, et rien qu’avec ma couleur de cheveux je sais très bien que j’intéresse peu pour ce genre de jobs.

En revanche pour quelqu’un qui aurait du potentiel, il faut savoir que les agences ont énormément de modèles, elles ont donc tendance à se concentrer sur celles et ceux qu’elles connaissent bien,  parfois il faut du temps pour qu’elles commencent à bosser avec nous donc il ne pas hésiter à leur refaire signe. Une fois qu’on a commencé passe quelques auditions avec elles, les propositions deviendont plus nombreuses. Mais pour les gens qui comme moi s’intéressent au mannequinat plutôt pour le côté créatif / mode etc, ce genre d’agence n’est pas le plux intéressant parce qu’on vous proposera principalement des jobs pour des pubs, magazines, emissions tv.

Bien sur il existe aussi les vraies agences classiques plutôt liées à la mode, défilés, magazines de mode etc, mais là bien sûr ils ne prennent pas n’importe qui, il faut avoir déjà un bon portfolio.

Globalement ca se passe de la même façon dans toutes les agences : quand on s.inscrit on doit remplir des papiers sur nos caractéristiques physiques entre autres, prendre quelques photos voir vidéos. On vous contacte lorsque vous correspondez aux critères de recherches d’un client, si vous passez la première sélection photo qu’il y a en général avant une audition vous irez ensuite passer une voire deux auditions, puis on vous re contacte – ou pas. J’ai beaucoup d‘amis qui travaillent dans le mannequinat au niveau professionel, et on entend un peu de tout sur les auditions : certaines sont très rapides et se passent très bien , certaines durent des heures, on n’est au courant de rien, les gens sont désagréables…. forcément ça dépend des gens et du type de job. De la même manière pour mes shootings, chacun est different parce que chaque personne est différente, certains sont très carrés et professionnels, certains sont un peu perdus, d’autres font ça tranquillement sans pression, tout dépend. Mon expérience est particulière parce que la plupart de mes jobs sont des collaborations avec des gens qui sont venus me chercher directement, je ne fais pas face à la froideur et à la compétition des auditions et des vrais jobs de mannequinat classique.

Pour terminer je vais parler rapidement des visas parce qu’on m’a posé beaucoup de questions là dessus. Il est effectivement possible d’avoir un visa via une agence pour faire du mannequinat. Ce type de visa rentre dans la catégorie des visas d’ « entertainment ». C’est l’agence qui vous sponsorise, mais pour qu’une agence accepte de vous donner un visa il faut déjà qu’elle vous connaisse et qu’elle connaisse votre potentiel à gagner suffisamment d’argent pour rentrer dans les cases du visa et pouvoir vivre au Japon. De ce fait, mieux vaut ne pas partir s’installer Japon avec l’espoir d’avoir un visa de ce type tout de suite. De plus il existe plusieurs durées pour ce visa, mais la plus courante est de 3 mois. Il faut donc renouveler son dossier tout les 3 mois, et avec une durée si courte vous n’êtes pas considéré comme un résident : pas de carte de résident, pas de sécurité sociale etc, et situation pas super stable. Mieux vaut donc bien y réfléchir !

2 réflexions au sujet de « Faire du mannequinat au Japon »

  1. Bonjour !
    Bien que je ne suis pas forcément intéressée par ce milieu, je trouve l’article très intéressant à découvrir ! Et je pense qu’il peut franchement être utile pour ceux qui sont intéressés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *